Vous utilisez régulièrement le site "Thérapeutique Dermatologique" et vous en êtes satisfait ?
Alors, aidez-nous à le faire vivre :

Faites un don ici !



MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie

Sycosis

14 novembre 2011, par STOEBNER P.-E. & MEUNIER L. & MEYNADIER J.

Le sycosis est une variété rare de folliculite atteignant principalement les régions pileuses du visage. Cette folliculite peut être d’origine staphylococcique ou mycosique.

1 - RAPPEL CLINIQUE [2, 6]

L’affection se rencontre préférentiellement chez l’homme, de 30 à 50 ans.

Le sycosis staphylococcique siège sur la lèvre supérieure, le menton, les joues et la région sous-narinaire. Il est souvent secondaire à une inoculation par le rasoir ou à des épisodes de rhinites (sycosis sous-narinaire). Il débute par des points de folliculite banals, superficiels, qui s’étendent progressivement pour former des nappes de pustules folliculaires reposant sur une base érythémateuse surélevée. Ces nappes sont excoriées, suintantes et squamo-croûteuses. Les lésions sont parfois plus infiltrées, constituées de nodules épais criblés de pustules et de trous suppurants. Cet aspect expliquerait l’origine étymologique grecque du terme sycosis : « tumeur en forme de figue ».

Le sycosis dermatophytique survient généralement en milieu rural chez les éleveurs de bétails. Il se distingue classiquement du sycosis staphylococcique par sa localisation unilatérale ou au moins asymétrique, l’intégrité de la lèvre supérieure, la limitation plus nette et plus régulière des plaques qui prennent parfois un aspect circiné, le caractère moins inflammatoire et moins douloureux des lésions et l’altération des poils qui sont ternes, fragiles, cassés et entourés d’une gaine de squames grisâtres à leur base. En pratique, ces critères distinctifs font souvent défaut et la dermatophytie est suspectée devant l’aspect surélevé des foyers de suppuration qui forment de véritables tumeurs inflammatoires rondes et globuleuses. Les agents responsables les plus fréquents sont les dermatophytes zoophiles, essentiellement Trichophyton mentagrophytes et T. verrucosum, Microsporum canis exceptionnellement. Plus rarement il s’agit de dermatophytes anthropophiles (T. violaceum, T. megninii...) transmis par voies interhumaines directe ou indirecte. Parfois, la contamination se fait, chez la même personne, à partir d’un foyer de mycose présent sur autre partie du corps (T. rubrum). Une contamination tellurique par des dermatophytes géophiles (M. gypseum) est également possible [6].

Le sycosis lupoïde est une folliculite profonde, chronique et cicatricielle de la barbe, résistant aux traitements classiques. Il se caractérise par son évolution torpide, son extension régulière et sa zone centrale cicatricielle (hypertrophique ou atrophique) alopécique.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

  Professionnels de santé