MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie

Photosensibilisation

14 juin 2019, par PINTO A. I.

1 - REMERCIEMENTS

Ce chapitre a été écrit grâce à l’aide de l’EADV, de la Fondation René Touraine et de Thérapeutique Dermatologique.

2 - PRÉSENTATION GÉNÉRALE

La photosensibilisation correspond à une réaction anormale de la peau au soleil, responsable de plusieurs symptômes et maladies appelés photodermatoses. Cette affection peut également se manifester après une exposition, à l’intérieur des bâtiments, à des sources artificielles de radiations, comme les lampes fluorescentes. Elle peut toucher, aussi bien, les hommes que les femmes de tout âge et de tout groupe ethnique.

Il existe cinq types de photodermatoses : les photodermatoses primaires ou auto‑immunes (dont la cause exacte reste inconnue, bien que l’hypothèse la plus probable soit un mécanisme d’auto‑immunité au cours duquel l’organisme s’attaque à lui‑même avec l’exposition au soleil) ; les photodermatoses provoquées par des médicaments/produits chimiques exogènes (beaucoup de médicaments peuvent interagir avec les rayons du soleil et entrainer des maladies de la peau) ; les dermatoses photo‑aggravées (maladies de la peau qui peuvent empirer avec l’exposition aux rayons du soleil) ; les photodermatoses métaboliques et génétiques (maladies associées respectivement à une déficience de certaines enzymes ou à des anomalies de l’ADN conduisant à la photosensibilité).

Le tableau ci‑dessous présente des exemples des maladies les plus fréquentes pour chaque type de photodermatoses.

Type de photodermatosesExemples de maladies

Photodermatoses primaires ou auto‑immunes

Lucite polymorphe

Photodermatose printanière juvénile

Prurigo actinique

Urticaire solaire

Dermatite actinique chronique

Photodermatoses provoquées par des médicaments/produits chimiques exogènes

Médicaments comme les thiazides, les tétracyclines, les anti‑inflammatoires non stéroïdiens, les phénothiazines, la quinine, le vémurafénib, psoralène présent dans les plantes, les légumes, les fruits ; les parfums des cosmétiques ; les composants chimiques des écrans solaires ; les colorants et les désinfectants

Dermatoses photo‑aggravées

Lupus érythémateux cutané

Dermatomyosite

Rosacée

Mélasma

Photodermatose métabolique

Porphyrie cutanée tardive

Photodermatose génétique

Xeroderma pigmentosum

3 - SYMPTÔMES

Les photodermatoses touchent habituellement les zones exposées aux rayons du soleil, à savoir le visage, le cou et les mains, mais n’affectent pas, ou moins sévèrement, les zones non exposées à la lumière (couvertes au moins par les sous‑vêtements). Les lésions peuvent apparaitre sous différentes formes (rougeurs avec ou sans desquamation, vésicules et bulles) et ressembler à de l’eczéma ou à un coup de soleil. Les démangeaisons sont fréquentes.

4 - CAUSES

Le mécanisme exact à l’origine de la photosensibilisation n’est pas encore entièrement expliqué, mais il est connu que les altérations de l’ADN et les phénomènes immunologiques provoqués par les radiations contribuent spécifiquement à la pathogénèse de certaines maladies, comme le lupus érythémateux. Certains médicaments et produits chimiques exogènes peuvent provoquer la photosensibilité, comme indiqué dans le tableau ci‑dessus.

5 - TRAITEMENT

La prise en charge de la photosensibilité implique la protection solaire et le traitement des troubles sous‑jacents que votre médecin recommande après avoir diagnostiqué le type spécifique de photosensibilité, en examinant minutieusement les antécédents et les symptômes cutanés ainsi qu’en réalisant des tests spécifiques.

Dans la plupart des cas, une protection minutieuse contre l’exposition au soleil et aux sources artificielles de rayonnements UV permet d’éviter les réactions de photosensibilité. Il s’avère utile de consulter des sites internet et des applications mobiles indiquant les niveaux d’ultraviolets pour déterminer quand il est absolument essentiel de se protéger.

6 - CONSEILS POUR LA PRISE EN CHARGE

La prise en charge des photodermatoses implique la protection solaire et le traitement des troubles sous‑jacents, par médication systémique, médication topique, photothérapie et autres médicaments, en fonction de la cause spécifique. Par exemple, le lupus érythémateux cutané doit être principalement maitrisé avec des médicaments systémiques et/ou topiques prescrits par votre médecin. En cas de photodermatoses provoquées par des médicaments exogènes, il faut arrêter ou remplacer immédiatement le traitement suspecté. Pour tous les types de photodermatoses, la protection solaire est l’une des composantes essentielles de la prise en charge de la maladie et implique, selon le degré de sévérité des maladies, ce qui suit :

  • Éviter toute exposition directe aux rayons du soleil ;
  • Rester à l’intérieur, loin des fenêtres, et chercher l’ombre à l’extérieur ;
  • Porter des vêtements couvrants et un chapeau à larges bords à l’extérieur. Le facteur de protection contre les ultraviolets (UPF) figure sur l’étiquette de certains vêtements. Ceux qui offrent la meilleure protection sont épais, secs et foncés, en polyester, en jean ou en laine ;
  • Appliquer un écran solaire à large spectre FPS 50 ou plus, sur toute la surface de la peau exposée. L’écran solaire doit protéger contre les UVA et les UVB et résister à l’eau. Il convient de l’appliquer généreusement et de renouveler l’opération toutes les deux heures à l’extérieur ;
  • Opter pour du verre feuilleté et tinté gris pour la voiture ;
  • Appliquer un film de protection contre les UV sur les vitres du domicile, de l’école, du lieu de travail et des véhicules ;
  • Prendre des compléments de vitamine D ;
  • Se soumettre à des examens réguliers afin de localiser et traiter les cancers de la peau à temps.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

  Professionnels de santé