Vous utilisez régulièrement le site "Thérapeutique Dermatologique" et vous en êtes satisfait ?
Alors, aidez-nous à le faire vivre :

Faites un don ici !



MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie

Lichen striatus

4 mars 2019, par MONTEIRO A.

1 - REMERCIEMENTS

Ce chapitre a été écrit grâce à l’aide de l’EADV, de la Fondation René Touraine et de Thérapeutique Dermatologique.

2 - PRÉSENTATION

Le lichenstriatus est une maladie inflammatoire de la peau peu fréquente, acquise, habituellement asymptomatique, linéaire et spontanément résolutive, touchant principalement les enfants1. Bien qu’il puisse débuter à n’importe quel âge, il est présent le plus souvent chez les enfants de 5 à 15 ans2. Le lichen striatus est rarement signalé chez l’adulte. Il est présent dans tous les groupes ethniques et semble plus fréquent chez la femme4–6.

Il est rare qu’il y est un antécédent familial mais, lorsqu’il est présent, il suggère une prédisposition génétique et/ou une étiologie environnementale commune7.

Il est associé à une variation saisonnière, la plupart des patients signalent sa présence principalement au printemps et pendant l’été2.

Le diagnostic est habituellement clinique, fondé sur l’aspect des lésions et sur le motif de développement.

3 - SYMPTÔMES

Sur le plan clinique le lichen striatus est généralement asymptomatique, mais un prurit intense est possible, le plus souvent chez les sujets avec atopie2,8. L’éruption est classiquement unilatérale, suivant les lignes de Blaschko, qui sont des lignes de développement cellulaire normal sur la beau et dont on pense qu’elles forment le tracé de migration des cellules embryogènes, suivant un motif continu ou discontinu1,2. La lésion se présente sous forme de petites papules distinctes ou regroupées, de la couleur de la peau ou hypopigmentées. Les sites les plus touchés sont les extrémités, suivies du cou2,9. Parfois, une bande partant d’une jambe peut remonter vers la fesse ou l’abdomen. Le visage et le tronc sont moins souvent touchés10. Rarement, l’éruption peut être bilatérale et/ou former plusieurs bandes parallèles multiples11.

Bien que cela soit rare, le lichen striatus peut toucher les ongles12. L’atteinte des ongles est habituellement accompagnée des lésions cutanées typiques et elle peut précéder ou suivre ces lésions, ou apparaître simultanément12. Les modifications, pouvant toucher un seul ongle, incluent : onycholyse, dédoublement, délitement et perte de l’ongle entier2,12.

L’éruption apparaît habituellement de manière soudaine, se développe en plusieurs jours à plusieurs semaines et, après plusieurs mois ou plusieurs années, disparaît spontanément2,5,9. Bien que le lichen striatus ne récidive habituellement pas, des rechutes sont possibles, sur le même site ou du même côté du corps9.

Une hypopigmentation post-inflammatoire peut être visible, en particulier chez les sujets dont la peau est foncée9.

4 - CAUSES

La cause du lichen striatus est inconnue. Bien que le lichen striatus suive les lignes de Blaschko, dont on estime qu’elles ont une origine embryonnaire, on ne connaît ni le ou les gènes impliqués ni les facteurs qui déclenchent la maladie2.

Des facteurs environnementaux, en particulier infections virales, traumatismes, réactions d’hypersensibilité, vaccins, médicaments et grossesse, ont été proposés comme facteurs de déclenchement13. De plus, le lichen striatus pourrait être une manifestation d’une diathèse atopique, les réponses immunitaires anormales associées à l’atopie étant impliquées comme facteur de prédisposition8. Un agent infectieux agissant comme facteur de déclenchement chez un sujet génétiquement prédisposé est une autre hypothèse proposée2.

5 - TRAITEMENT

Le lichen striatus étant une maladie bénigne, spontanément résolutive, un traitement est le plus souvent inutile. Les patients, et en particulier les parents, doivent être assurés que l’éruption connaît une évolution spontanément résolutive en quelques mois, sans laisser de cicatrices, avec une hypopigmentation transitoire pouvant durer plusieurs années.

Il est possible d’appliquer des dermocorticoïdes sous un pansement occlusif pour accélérer la résolution ou pour un traitement symptomatique du prurit5. Des cas isolés de traitement efficace par inhibiteurs topiques de la calcineurine (pommade à base de tacrolimus et crème à base de pimécrolimus) ont été rapportés, y compris pour la dystrophie unguéale14,15.

6 - CONSEILS DE PRISE EN CHARGE

  • Le lichen striatus est une maladie inflammatoire de la peau acquise, asymptomatique, linéaire et spontanément résolutive.
  • Il touche principalement les enfants et les adolescents.
  • Le lichen striatus se présente typiquement sous forme de bandes isolées unilatérales de papules présentes le plus souvent sur les extrémités.
  • Le diagnostic est habituellement clinique. Toutefois, une biopsie peut être nécessaire dans certains cas.
  • Les patients, et en particulier les parents, doivent être assurés que l’éruption connaît une évolution spontanément résolutive en quelques mois, laissant une hypopigmentation transitoire.
  • Il est possible d’utiliser des émollients et/ou des dermocorticoïdes en cas de démangeaisons cutanées.
  • Les inhibiteurs de la calcineurine se sont avérés efficaces pour le traitement des lésions persistantes et pruritiques.

7 - RÉFÉRENCES

1. Senear FE, Caro MR. LICHEN STRIATUS. Arch Dermatol 1941 ;43:116.

2. Calonje JE, Brenn T, Lazar AJ, Billings SD. McKee’s Pathology of the Skin. 5th Revise. Elsevier Health Sciences ; 2019.

3. Hofer T. Lichen striatus in Adults or ‘Adult Blaschkitis’ ? Dermatology 2003 ;207:89–92.

4. Peramiquel L, Baselga E, Dalmau J, Roé E, del Mar Campos M, Alomar A. Lichen striatus : clinical and epidemiological review of 23 cases. Eur J Pediatr 2006 ;165:267–9.

5. Patrizi A, Neri I, Fiorentini C, Bonci A, Ricci G. Lichen Striatus : Clinical and Laboratory Features of 115 Children. Pediatr Dermatol 2004 ;21:197–204.

6. Taniguchi Abagge K, Parolin Marinoni L, Giraldi S, Carvalho VO, de Oliveira Santini C, Favre H. Lichen Striatus : Description of 89 Cases in Children. Pediatr Dermatol 2004 ;21:440–3.

7. Karempelis PS, Cely SJ, Davis LS. Lichen striatus in a mother and son. Int J Dermatol 2014 ;53:e366–e366.

8. García-Briz MI, Santos-Alarcón S, Fuertes-Prosper MD, Mateu-Puchades A. Liquen estriado en la infancia. ¿Una entidad relacionada con la dermatitis atópica ? Actas Dermosifiliogr 2017 ;108:882–4.

9. Bolognia JL, Jorizzo JL, Rapini RP. Dermatology. 3rd Editio. Gulf Professional Publishing ; 2012.

10. Mu EW, Abuav R, Cohen BA. Facial Lichen Striatus in Children : Retracing the Lines of Blaschko. Pediatr Dermatol 2013 ;30:364–6.

11. Kurokawa M, Kikuchi H, Ogata K, Setoyama M. Bilateral Lichen Striatus. J Dermatol 2004 ;31:129–32.

12. Kim M, Young Jung H, Sun Eun Y, Kee Cho B, Jeong Park H, Hyun Jeong Park C. Nail lichen striatus : report of seven cases and review of the literature.

13. Karakaş M, Durdu M, Uzun S, Karakaş P, Tuncer İ, Çevlik F. Lichen Striatus Following HBV Vaccination. J Dermatol 2005 ;32:506–8.

14. Campanati A, Brandozzi G, Giangiacomi M, Simonetti O, Marconi B, Offidani AM. Lichen striatus in adults and pimecrolimus : open, off-label clinical study. Int J Dermatol 2008 ;47:732–6.

15. Jo J-H, Jang H-S, Park H-J, Kim M-B, Oh C-K, Kwon K-S. Early treatment of multiple and spreading lichen striatus with topical tacrolimus. J Am Acad Dermatol 2007 ;57:904–5.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

  Professionnels de santé