MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie

Fausse teigne amiantacée

11 juin 2019, par DESCAMPS V.

La fausse teigne amiantacée, ou pityriasis amiantacea, est une dermatose inflammatoire spécifique du cuir chevelu. Elle se caractérise par des squames adhérentes, épaisses et argentées. C’est de leur couleur, semblable à celle de l’amiante, que la fausse teigne amiantacée tire son nom. Les squames entourent et regroupent les cheveux en touffes.

Cette maladie inflammatoire [1] appartient au spectre du psoriasis et de la dermatite séborrhéique. Il s’agit probablement d’une réponse inflammatoire exagérée à une maladie primaire du cuir chevelu. Toutefois il avait été discuté que la fausse teigne amiantacée pourrait être une manifestation non seulement du psoriasis et de la dermatite séborrhéique, mais aussi du lichen plan, du lichen simplex chronique ou d’une infection pyogène ou fongique superficielle. Mais dans la majorité des cas, il n’existe pas de lien entre champignons et cette affection justement appelée « fausse teigne amiantacée ».

Les femmes sont rarement atteintes ; la maladie est souvent observée chez les jeunes adultes, les adolescents et les enfants. Le diagnostic de fausse teigne amiantacée est clinique. Il peut être utile de réaliser un examen en dermatoscopie pour exclure un diagnostic de teigne tondante, dont les caractéristiques dermatoscopiques incluent les cheveux « en virgule », « interrompus » (en code Morse), « coudés », « en tire-bouchon », « en zigzag » et « en point d’exclamation ». Les cultures mycologiques en milieu conventionnel Sabouraud Dextrose Agar sont toutefois nécessaires pour exclure définitivement un diagnostic de teigne tondante. Pour la fausse teigne amiantacée, l’examen en dermatoscopie révèle des squames blanches ou jaunâtres diffuses. Les squames compactes sont épaisses, argentées et adhèrent aux touffes de cheveux.

La maladie est généralement localisée, mais elle peut également être plus étendue [1]. Il a été rapporté que la fausse teigne amiantacée peut être associée à une alopécie temporaire.

L’histopathologie n’est pas nécessaire. La biopsie du cuir chevelu révèle des caractéristiques non spécifiques : hyperkératose et parakératose diffuses avec kératose folliculaire. Une enveloppe de squames, adhérentes autour de la tige pilaire, permet d’orienter vers la fausse teigne amiantacée par rapport à d’autres troubles inflammatoires du cuir chevelu (psoriasis, dermatite séborrhéique, lichen simplex). Lors d’une récente étude prospective incluant 85 patients, un diagnostic anatomopathologique de psoriasis du cuir chevelu a été confirmé dans 35,3 % des cas et de dermatite séborrhéique ou atopique ont été observées dans 34,2 % des cas [1]. Il a également été rapporté chez les enfants l’association de la fausse teigne amiantacée à la dermatite séborrhéique [2]. Selon certains auteurs, la fausse teigne amiantacée est une manifestation du psoriasis. Elle peut survenir avant le psoriasis. Il a été rapporté des cas de fausse teigne amiantacée avec alopécie transitoire au cours d’un psoriasis paradoxal chez les patients recevant un traitement par anti‑TNF alpha pour une maladie de Crohn [3].

Dans la série de Abdel-Hamid et al., les auteurs ont détecté la présence de staphylocoques chez 96,5 % des patients. Dans un groupe témoin de patients sains, le staphylocoque n’a été détecté que dans 15 % des cas [1]. Dans une autre série, le staphylocoque doré a également été isolé chez la plupart des patients et une rapide amélioration a été observée dans le cadre d’un traitement par corticostéroïdes topiques en association avec des antibiotiques [4]. L’infection par staphylocoque doré est probablement plus une colonisation secondaire qu’une infection primaire.

Dans la plupart des cas, le traitement contre la fausse teigne amiantacée est constitué d’un anti-inflammatoire topique et d’un médicament kératolytique, associés à des corticostéroïdes topiques et une pommade à l’acide salicylique 5‑10 %. L’huile minérale topique s’avère utile pour retirer les squames adhérantes. Le shampoing au propionate de clobétasol constitue un traitement puissant. La sulfadiazine argentique en crème et le kétoconazole topique (shampoing à 2 %) peuvent également être utiles. Un traitement concomitant par antibiotiques peut être administré en cas d’infection par staphylocoque doré. En cas de maladie sous-jacente, telle que le psoriasis, il peut être prescrit un traitement systémique.

 

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

  Professionnels de santé