Vous utilisez régulièrement le site "Thérapeutique Dermatologique" et vous en êtes satisfait?

Alors, aidez-nous à le faire vivre :

   Faites un don ici !



MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie
 Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Psoriasis

11 mars 2013, par DUBERTRET L.

Sommaire

Le psoriasis atteint 1 à 5 p. 100 de la population selon les régions du monde, mais l’évaluation précise est difficile car de nombreux patients ne se soignent pas, soit parce que les traitements leur paraissent plus contraignants que la maladie, soit par découragement.

La plaque élémentaire est rouge, typiquement recouverte de squames micacées. L’ablation à la curette de la dernière squame entraîne l’apparition d’une rosée sanglante. En fait, les squames, toujours présentes, peuvent être d’aspects très variés, depuis les squames crétacées réalisant, au niveau du cuir chevelu par exemple, un véritable casque, jusqu’aux squames furfuracées proches de celles observées dans la dermatite séborrhéique.

HISTOLOGIE

Le psoriasis se caractérise histologiquement par une hyperacanthose et une hyperpapillomatose, témoignant du renouvellement excessivement rapide de l’épiderme, associées à un trouble de la différenciation aboutissant à une parakératose continue ou discontinue.

À ces anomalies s’associe une infiltration de cellules inflammatoires, très précoce dans l’apparition d’une plaque. Cette infiltration cellulaire est d’abord constituée de polynucléaires neutrophiles, se réunissant souvent en micro-abcès sous la couche cornée et entraînant des altérations majeures des membranes des kératinocytes à ce niveau du fait de la libération d’enzymes lysosomiales. Ces altérations activent en permanence le renouvellement épidermique. Les autres cellules infiltrant les lésions cutanées sont des sous-populations de lymphocytes T, surtout CD4 dans le derme, surtout CD8 dans l’épiderme. Ces lymphocytes T jouent un rôle majeur dans la physiopathologie du psoriasis, sans que l’on connaisse le rôle respectif des CD4 et des CD8, ni la façon dont ils participent à l’entretien de l’inflammation locale et de l’hyperprolifération.

L’histologie peut être atypique dans certaines régions du corps, en particulier sur les paumes et les plantes où on observe souvent une spongiose. Aussi la biopsie cutanée est-elle inutile pour faire la différence, au niveau des paumes et des plantes, entre un psoriasis et un eczéma.

LIENS UTILES

dermato-info.fr/psoriasis

France Psoriasis

www.gipso.info

www.psoriasis-contact.be

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

Fondation René Touraine