Vous utilisez régulièrement le site "Thérapeutique Dermatologique" et vous en êtes satisfait?

Alors, aidez-nous à le faire vivre :

   Faites un don ici !



MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie
 Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Halogénides

24 février 2005, par CORDOLIANI F.

La classe des halogènes comprend le brome, l’iode, le fluor et le chlore, mais seuls les accidents cutanés liés à l’exposition au brome et à l’iode font réellement partie des halogénides et semblent très rares actuellement. Sont exclus de cette définition les accidents d’hypersensibilité de type 1 liés à l’iode, les intoxication aiguës et les dermites irritatives ou de contact.

INFORMATION AUX MALADES

L’exposition au brome se fait par la consommation de nombreux médicaments dont la plus grande partie est en vente libre, et elle n’est pas toujours apparente, car il peut s’agir d’un principe actif secondaire non clairement mentionné.

L’iode est contenu dans de nombreux médicaments (voir dictionnaire Vidal®) : sirop expectorant, antitussif, amiodarone, polyvidone iodée, etc., parfois en vente libre. Il peut aussi être prescrit en préparation magistrale d’iodure de potassium ou administré lors d’explorations radiologiques avec produits de contraste iodés.

La physiopathogénie des halogénides n’est pas connue. Le rôle du terrain sous-jacent (insuffisance rénale, gammapathie monoclonale...) et une réaction d’hypersensibilité retardée sont parfois invoqués. Il existe un risque de récidive en cas de réexposition.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

Fondation René Touraine