Vous utilisez régulièrement le site "Thérapeutique Dermatologique" et vous en êtes satisfait?

Alors, aidez-nous à le faire vivre :

   Faites un don ici !



MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie
 Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Ulcères de jambe d’origine veineuse ou mixtes à prédominance veineuse

1er décembre 2015, par CHABY G.

Sommaire

1 - INTRODUCTION

Les ulcères d’origine veineuse, ou mixtes artério-veineux à prédominance veineuse, représentent la majorité des ulcères de jambe avec une proportion estimée entre 70 et 80 % des cas. Leur prévalence est estimée entre 1 et 1,5 % et représente un coût de santé publique important, évalué entre 1 et 2% du budget annuel de santé des pays d’Europe de l’ouest [1]. Les ulcères veineux sont l’expression clinique ultime de l’hypertension veineuse appelée encore insuffisance veineuse chronique. Cette hypertension veineuse peut avoir plusieurs origines : une incontinence valvulaire des veines superficielles et/ou communicantes d’origine congénitale ou acquise ; une incontinence valvulaire des veines profondes d’origine congénitale ou post-thrombotique ; une obstruction des veines profondes ; un dysfonctionnement de la pompe musculaire du mollet secondaire à une ankylose de la cheville, une myopathie ou une neuropathie.

Les facteurs de risque de l’ulcère veineux correspondent à ceux de l’insuffisance veineuse chronique : âge avancé (pic entre 60 et 80 ans), sexe féminin (femme/homme : 1,5/1 à 10/1), antécédents de thrombose veineuse profonde, antécédents familiaux d’ulcère de jambe, antécédents personnels d’obésité, de traumatisme ou chirurgie de la jambe, le nombre de grossesses, la station debout prolongée. 

Le traitement repose sur la correction de l’insuffisance veineuse, en particulier le port obligatoire d’une compression veineuse associé dans certains cas à la chirurgie veineuse superficielle. Le choix des pansements s’appuie sur les différents stades de cicatrisation ou la présence de situations particulières (infection, plaie malodorante ou hémorragique). La pressothérapie négative et les greffes cutanées sont les alternatives aux pansements les plus employées.

L’éducation du patient sur sa pathologie et l’intérêt de la compression veineuse pour la cicatrisation, puis en prévention des récidives, est un élément capital. 

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

Fondation René Touraine