MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie
 Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Thérapeutiques >

Matériaux de comblement des rides et des dépressions du visage

27 juillet 2012, par PONS-GUIRAUD A.

1 - INTRODUCTION

Chaque année le nombre de produits de comblement augmente de façon spectaculaire, offrant de multiples possibilités de traitement, non plus seulement sur les signes de vieillissement cutané mais aussi sur les modifications morphologiques, naturelles ou liées à l’âge.

Leurs nombreuses présentations, notamment d’acide hyaluronique, sont adaptées à toutes les localisations et permettent, grâce à une réticulation et une concentration variées, d’obtenir des résultats sur l’ensemble des altérations du tissu cutané et sous-cutané.

Les produits volumateurs, d’apparition plus récente, utilisés pour sculpter le visage sont en plein développement et dominés par les acides hyaluroniques fortement réticulés, par les céramiques et l’acide L-polylactique.

Les injections conjuguées de fillers classiques et de volumateurs aboutissent en général à de très bons résultats, à condition toutefois que l’indication soit bien posée, le produit judicieusement choisi et injecté par un praticien formé à la technique employée.

Les produits injectables dégradables sont bien tolérés. Les effets secondaires sont mineurs (hématomes, œdème…) et transitoires. On peut cependant observer des granulomes d’apparition retardée, érythémateux, indurés, résorbables lentement, souvent liés à un interrogatoire médical insuffisant négligeant les contre-indications ou même peut-être à un ingrédient réticulant, ou à un résidu protéique.

Les produits non-dégradables sont à l’origine de granulomes importants d’apparition souvent très retardée. Invalidants physiquement et psychologiquement, ils ne répondent pratiquement à aucun traitement.

Depuis juin 1998, ces matériaux ont été placés dans la catégorie des « dispositifs médicaux », auxquels la réglementation impose un marquage CE, certification européenne et appréciation de leur qualité et de leur technique de fabrication, qui ne garantit pas l’existence d’études cliniques, et ne préjuge ni de leur efficacité ni de l’apparition éventuelle d’effets secondaires.

La traçabilité du produit injecté doit être conservée grâce à la notation dans le dossier du patient des références du produit : marque, nom du fabricant, numéro du lot, date de péremption.

Les médecins sont dans l’obligation de signaler à la Commission de Matério-Vigilance tout effet secondaire survenu avec ces produits sous peine d’amende voire d’emprisonnement.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

Fondation René Touraine