Vous utilisez régulièrement le site "Thérapeutique Dermatologique" et vous en êtes satisfait?

Alors, aidez-nous à le faire vivre :

   Faites un don ici !



MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie
 Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Thérapeutiques >

Interférons

13 janvier 2012, par PEUVREL L. & DRENO B.

Les interférons ont été découverts en 1957 par Isaacs et Lindermann qui avaient remarqué que le surnageant de cultures de cellules infectées par un virus contenait une protéine capable de transférer un pouvoir de résistance à d’autres cellules. Les interférons sont des protéines appartenant à la famille des cytokines de bas poids moléculaire produites par des cellules de différentes origines. En se liant à des récepteurs spécifiques, ils régulent la prolifération, la différenciation et l’activité fonctionnelle de certaines cellules.

Les interférons sont divisés en trois grands types selon leur origine cellulaire principale et des différences structurales, biochimiques et antigéniques :

• Le type I est constitué des interférons à structure hélicoïdale α et comprend l’interféron α, interféron β et l’interféron ω, ε et κ décrit plus récemment :

– la famille des interférons α comporte au moins quatorze protéines codées par des gènes non alléliques localisés sur le chromosome 9 avec une homologie de séquence de l’ordre de 80%. Seul un acide aminé diffère entre l’interféron α-2a et l’interféron α-2b. L’interféron α est produit par les leucocytes, les macrophages, les cellules endothéliales, les cellules tumorales, les kératinocytes et les cellules mésenchymateuses. Sa production est induite par les infections virales ou bactériennes et les cellules tumorales ;

– l’interféron β est codé par un seul gène, également localisé sur le chromosome 9, qui a 20% d’homologie de séquence avec l’interféron α. L’interféron β est produit par les fibroblastes, les cellules endothéliales, les macrophages et les cellules épithéliales en réponse à une stimulation par un virus ou des acides nucléiques étrangers ;

– l’interféron ω est un interféron embryonnaire, produit par les lymphocytes T, sans fonction clinique démontrée. Les caractéristiques de l’interféron ε, présent dans les tissus cérébraux, et de l’interféron κ sont encore mal connues.

• Le type II est constitué par l’interféron γ qui est codé par un seul gène localisé sur le chromosome 12. Il n’a pas d’homologie de séquence avec les interférons α et β. Il est produit par les lymphocytes T après stimulation par des antigènes étrangers et par les cellules natural killer (NK).

• Le type III est constitué par la famille des interférons λ qui regroupe 3 protéines également appelées interleukine 28A, 28B et 29. Ils sont codés par trois gènes sur le chromosome 19 avec une homologie de séquence de plus de 80% avec l’interféron α mais également avec les cytokines liées à l’interleukine 10. Sa structure est proche de celle de l’interféron γ. Il est principalement produit par les cellules dendritiques et les macrophages après infection virale ou bactérienne.

Les interférons sont produits par synthèse de novo puis excrétés dans le liquide extracellulaire où ils vont se fixer sur des récepteurs de trois types :

– le type I qui est présent sur la majorité des cellules et serait commun aux interférons α et β. Toutefois, les interférons α et β pourraient avoir en réalité des récepteurs différents ou un mode d’interaction distinct avec ce récepteur ;

- le type II, spécifique de l’interféron γ ;

– le type III, spécifique de l’interféron λ. Il active la même cascade de signalisation que le récepteur type I, mais sa présence essentiellement en surface des cellules d’origine épithéliale module sa fonction.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

Fondation René Touraine