MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie
 Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Ulcères artériels

6 mars 2014, par BROUILLARD C. & TRUCHETET F.

Les ulcères arteriels sont une pathologie fréquente affectant au moins 1% des sujets âgés de plus de 65 ans. Les ulcérations d’origine veineuse restent majoritaires et les ulcères artériels et mixtes représentent respectivement 10 et 30% des cas avec une part croissante des ulcérations mixtes [1].

La grande majorité des ulcères d’origine artérielle sont liés à une artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) chronique dont les deux principales causes sont l’athérosclérose et les angiopathies diabétiques.

L’AOMI n’est que l’expression particulière d’une atteinte athéromateuse diffuse (coronaropathie, artériopathie cérébrale, ...). Il faut prendre en compte la globalité de la maladie, ce qui doit permettre d’évaluer le risque opératoire et les thérapeutiques actives sur l’insuffisance artérielle. Les patients ayant une AOMI ont une mortalité semblable à ceux ayant une cardiopathie ischémique. Ils doivent donc bénéficier d’une attention identique.

De nombreux facteurs de risque vasculaire existent. Ils doivent être recherchés et pris en charge :

– l’âge : plus l’âge augmente, plus la prévalence de l’AOMI augmente. Après 80 ans, 50 p. 100 des patients porteurs d’un ulcère de jambre ont une AOMI ;

– le tabagisme ;

– le diabète avec comme objectif une hémoglobine glyquée à 7 p. 100 [2] ;

– la dyslipidémie ;

– l’hypertension artérielle ;

– l’obésité et la sédentarité.

L’évaluation de la situation sociale doit être réalisée car celle-ci peut retentir sur la compliance du patient à son traitement.

Une évaluation gériatrique standardisée est requise au moindre doute de perte d’autonomie chez le malade âgé porteur d’ulcère de jambe.

Les traitements antalgiques constituent une part fondamentale de la prise en charge de tous les ulcères et en particulier ceux d’origine artérielle, en tenant compte des horaires des douleurs, de leur intensité, en utilisant des antalgiques de paliers progressivement croissants et en étant vigilant sur les manifestations d’intolérance en particulier chez les sujets âgés.

L’approche thérapeutique de cette maladie est donc souvent pluridisciplinaire et la prise en charge est le plus souvent hospitalière.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

Fondation René Touraine