Vous utilisez régulièrement le site "Thérapeutique Dermatologique" et vous en êtes satisfait?

Alors, aidez-nous à le faire vivre :

   Faites un don ici !



MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie
 Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Stuccokératose

13 septembre 2011, par KANITAKIS J. & CRIBIER B.

Les stucco-kératoses (SK) sont des lésions bénignes qui se voient chez des personnes adultes, majoritairement des hommes. Il s’agit de petites élevures superficielles opaques, blanchâtres ou grisâtres, à surface sèche, rugueuse, comme "posées sur la peau" (d’où leur nom, en anglais : "stuck on" : posées sur). Elles mesurent de 1 à 4 mm et sont situées sur le dos des deux pieds, les chevilles et les jambes, plus rarement les avant-bras et les cuisses ; elles sont plus souvent remarquées en hiver, période pendant laquelle la peau est plus sèche. Le diagnostic se fait par simple examen dermatologique ; parfois une biopsie peut être réalisée pour examen au microscope. L’étiologie des SK n’est pas bien connue. Le rôle de la lumière solaire paraît probable, étant donné la localisation sur des zones de peau exposées au soleil. Chez un patient les virus à l’origine des verrues (HPV) ont été retrouvés dans les SK, mais le rôle de ces virus dans les SK est incertain.

Le traitement des SK n’est pas indispensable puisque les lésions sont entièrement bénignes, et peuvent même parfois disparaître sans traitement ; il peut être demandé pour des raisons esthétiques. Il n’existe pas de traitement définitif, les différents traitements ayant comme but de détruire les lésons existantes. Les lésions peuvent être retirées avec une curette (instrument métallique à bords tranchants) sans saignement, voire par la personne même avec un coup d’ongle. La destruction par le froid (application d’azote liquide) ou la brûlure électrique (électrocoagulation) peut également être utilisée. Il existe des produits locaux (à base d’urée ou d’acide salicylique ou lactique) qui permettent une atténuation des lésions. On peut également utiliser des produits locaux contenant une substance (imiquimod) habituellement utilisée pour le traitement des verrues génitales et un dérivé de la vitamine D (maxacalcitol). Des gélules contenant un dérivé de la vitamine (étrétinate) peuvent également être utilisées, bien que l’effet soit transitoire.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

Fondation René Touraine