MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie
 Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Neurofibromatose 1

23 février 2009, par WOLKENSTEIN P. & ALLANORE L.

INFORMATION AUX MALADES

NEUROFIBROMATOSE 1 ET NEUROFIBROMATOSE 2

La neurofibromatose 1 et la neurofibromatose 2 sont deux maladies différentes. Leur génétique est différente : le gène NF1 est situé sur le chromosome 17 et le gène NF2 sur le chromosome 22. Leur épidémiologie est différente, une naissance pour 3 000 pour la neurofibromatose 1, une naissance sur 35 000 à 40 000 pour la neurofibromatose 2. Leur clinique est différente. Les signes cutanés sont discrets au cours de la neurofibromatose 2 ; la neurofibromatose 2 est essentiellement caractérisée par la présence de schwannomes vestibulaires bilatéraux (anciennement neurinomes de l’acoustique). Leur pronostic est différent : l’espérance de vie est quasi normale au cours de la neurofibromatose 1 et de l’ordre de 50 ans au cours de la neurofibromatose 2. Il n’y a pas de forme de passage de la neurofibromatose 1 vers la neurofibromatose 2. Les malades atteints de neurofibromatose 2 sont rarement vus par les dermatologues.

MANIFESTATIONS ET COMPLICATIONS DE LA NEUROFIBROMATOSE 1

• Taches café-au-lait : elles n’exposent pas à un risque accru de cancers de la peau et ne contre-indiquent pas l’exposition solaire.

• Neurofibromes : la chirurgie des neurofibromes cutanés et plexiformes ne provoquent pas la dégénérescence maligne de ces tumeurs.

• Gliome des voies optiques : c’est la tumeur intracérébrale la plus fréquente au cours de la neurofibromatose 1. Son incidence estimée est proche de 15 p. 100. Dans l’immense majorité des cas, le gliome des voies optiques est peu ou pas symptomatique, ne nécessitant pas de traitement mais une simple surveillance. Il est rarement agressif (moins de 5 p. 100 des cas). Les gliomes des voies optiques sont exceptionnellement associés à une puberté précoce, à évoquer devant un retard de croissance.

• Céphalées : elles sont présentes dans environ 40 p. 100 des cas, souvent de type migraineux. Elles ne nécessitent pas d’exploration particulière sauf si elles sont violentes ou si elles s’accompagnent d’autres symptômes, en particulier neurologiques.

• Difficultés d’apprentissage : elles sont remarquables par leur fréquence (30 à 40 p. 100 des cas) et par leurs aspects atypiques. Elles altèrent parfois considérablement la scolarité ; en revanche, les retards mentaux sont rares, de fréquence comparable à celle de la population générale. Le tableau est proche d’un syndrome de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité : troubles de l’attention, difficultés de coordination motrice, déficit de la mémoire récente, troubles perceptifs, surtout visuels, entraînant des inhabiletés à dessiner, écrire, lire, calculer, à réaliser cartes et diagrammes, à se repérer dans l’espace et à déchiffrer les expressions gestuelles. Des difficultés d’élocution, des troubles dysarthriques mais aussi prosodiques sont souvent associés. La prise en charge doit être précoce, parfois avant l’entrée en primaire (orthophonistes, psychomotriciens), permettant de compenser dans une certaine mesure le handicap.

• Objets brillants non identifiés : les IRM cérébrales des sujets jeunes atteints de neurofibromatose 1 montrent dans 50 à 70 p. 100 des cas des hypersignaux en T2 : zones bien circonscrites, hyperintenses sans effet de masse, les UBO ou unidentified bright objects. Ces anomalies tendent à s’estomper à l’âge adulte et ne sont associées à aucune anomalie clinique particulière.

• Cancer et neurofibromatose 1 : l’espérance de vie des malades atteints de neurofibromatose 1 est sensiblement la même que celle de la population générale. Les tumeurs malignes des gaines nerveuses (anciennement neurofibrosarcomes) constituent la principale complication de la neurofibromatose 1 à l’âge adulte, même si elles sont rares (moins de 5 p. 100 des cas) [2]. Elles se développent à partir de neurofibromes nodulaire isolés ou plexiformes. Le diagnostic doit être précoce : les signes d’appel sont une augmentation rapide de la taille d’un neurofibrome ancien ou nouvellement apparu, des douleurs, l’apparition ou la modification de signes neurologiques préexistants. Cela doit conduire à une consultation rapide et à une biopsie chirurgicale profonde des nodules suspects, à réaliser sans délai. Certains autres cancers sont exceptionnels, même s’ils ont sans doute une prévalence accrue au cours de la neurofibromatose 1 : glioblastomes cérébraux, leucémies, rhabdomyosarcomes, adénocarcinomes ou tumeurs carcinoïdes du duodénum, phéochromocytomes malins, neuroblastomes et tumeurs de Wilms.

CONSEIL GÉNÉTIQUE

La neurofibromatose 1 est une maladie autosomique dominante. Le risque de transmission d’un sujet atteint à sa descendance est donc de 50 p. 100. Il existe une grande variabilité phénotypique inter- et intrafamiliale. En pratique, cela signifie qu’il est impossible de déterminer le degré d’atteinte d’un sujet à partir de l’atteinte des autres membres de sa famille. Seule une minorité significative de malades, 15 à 20 p. 100, souffre d’une morbidité importante, alors qu’une majorité n’est atteinte que de formes modérées.

Pour deux parents sains ayant un enfant atteint (cas sporadique), le risque d’avoir un deuxième enfant atteint est celui de la population générale (en dehors des exceptionnels cas de mosaïcisme germinal).

Le diagnostic moléculaire permet d’envisager un diagnostic prénatal, mais ne peut pas déterminer quel sera le degré de l’atteinte. Le diagnostic pré-implantatoire est possible.

ASSOCIATIONS DE MALADES

Les malades atteints de neurofibromatose 1 doivent être informés de l’existence de structures associatives. L’information donnée par le corps médical doit être neutre. En effet, le malade ne doit se sentir aucune obligation vis-à-vis de la démarche associative, qui doit être volontaire. Les malades peuvent contacter trois structures associatives :

- Ligue française de lutte contre les neurofibromatoses

- Association française de recherche génétique

- ANR France – Neurofibromatoses

- Alliance maladies rares : Association Neurofibromatoses et Recklinghausen

Par ailleurs des informations peuvent être recueillies par l’internet sur le serveur :

Orphanet : ANR - Association Neurofibromatoses et Recklinghausen 

AUTRE LIEN UTILE

Centre de Référence des MAladies Rares Génétiques à Expression Cutanée : neurofibromatoses de type 1

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

Fondation René Touraine