MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie
 Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Mycétomes

1er avril 2012, par DEVELOUX M.

Les mycétomes se définissent comme des processus pathologiques au cours duquel des agents étiologiques fongiques ou actinomycosiques d’origine exogène produisent des grains parasitaires. Cette définition exclut l’actinomycose vraie à Actinomyces israeii d’origine endogène.

Les mycétomes sont des infections des zones tropicales semi-arides. Les principaux foyers d’endémie sont le Mexique, l’Afrique de part et d’autre du 15e parallèle Nord, le Moyen-Orient et l’Inde. Les cas rencontrés en Europe sont pour la plupart observés chez des immigrés originaires des pays d’endémie, mais de rares cas autochtones ont été décrits. Globalement, les actinomycétomes prédominent par rapport aux mycétomes fongiques [1].

Les agents infectieux vivent en saprophytes sur le sol et les végétaux (épineux). Ils sont inoculés à la suite de microtraumatismes, ce qui explique le caractère rural de la maladie. Il existe une prédominance masculine, la tranche d’âge 20 à 40 ans étant la plus touchée.

Les formes typiques posent peu de problème diagnostique La localisation, unilatérale, concerne le pied dans plus de 70 p. 100 des cas. L’aspect clinique est celui d’une tumeur fistulisée (« pied de Madura »). Les fistules émettent du pus contenant des grains souvent visibles à l’œil nu. Certains diagnostics différentiels peuvent parfois se discuter : une maladie de Kaposi, une tuberculose, une ostéomyélite ou une autre mycose profonde.

Le diagnostic de certitude repose sur l’examen direct des grains et/ou du pus, la culture et l’histologie. La couleur des grains est d’une grande importance : les grains noirs sont toujours fongiques (Madurella mycetomatis, Leptosphaeria senegalensis), les grains rouges sont toujours actinomycosiques (Actinomadura pelletieri), les grains blancs ou jaunes sont fongiques (Pseudallecheria boydi) ou actinomycosiques (Nocardia sp, Actinomadura madurae).

L’évolution est chronique ; s’étendant sur plusieurs années, elle se fera vers des complications dont la principale est l’atteinte osseuse. La maladie devient alors très invalidante.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

Fondation René Touraine