Vous utilisez régulièrement le site "Thérapeutique Dermatologique" et vous en êtes satisfait?

Alors, aidez-nous à le faire vivre :

   Faites un don ici !



MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie
 Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Malformations lymphatiques kystiques superficielles (Lymphangiomes)

30 avril 2013, par MARUANI A. & LORETTE G.

Les malformations lymphatiques sont développées pendant la formation du bébé et sont présentes à la naissance, même si elles ne sont pas toujours visibles à ce moment là. Elles sont développées aux dépens du système lymphatique. Ce système est constitué de petits vaisseaux très fins, drainant la lymphe jusqu’aux ganglions.

Les malformations lymphatiques sont constituées de petites poches lymphatiques (kystes), de très petite taille (malformations microkystiques) ou de taille plus grande (malformations macrokystiques). Elles peuvent être superficielles ou profondes, isolées ou associés à d’autres malformations. Elles sont le plus souvent localisées au niveau du cou et de la tête.

Les formes macrokystiques sont parfois décelées in utero lors des échographies. Elles se présentent comme un gonflement sous la peau. Cette masse peut comprimer les voies respiratoires, nécessitant une prise en charge urgente. Le traitement de fond repose sur l’injection de produits sclérosants dans les kystes (pour en « coller » la paroi), suivie ou non d’une chirurgie. Les kystes de la malformation peuvent s’infecter, ce qui se manifeste par des poussées inflammatoires (gonflement, rougeur et douleur au niveau de la malformation, fièvre), qui nécessitent un traitement anti-inflammatoire et parfois antibiotique. 

Les formes microkystiques se présentent comme des petites cloques confluentes remplies de liquide clair ou sanglant. Elles peuvent saigner ou se surinfecter. Le traitement peut consister en du laser, de la chirurgie ou de sclérose, mais conduit souvent à une récidive.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

Fondation René Touraine