MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie
 Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Lichen striatus

23 février 2009, par CASTANET J.

DIAGNOSTIC

Dans sa forme typique, il s’agit d’une éruption d’apparition rapide, avec une extension en 2 ou 3 semaines, constituée de petites papules de 1 à 2 mm, rosées ou brun pâle, rarement prurigineuses, survenant chez un enfant de 2 à 15 ans (âge moyen de 3 ans). La topographie est caractéristique : éruption unilatérale suivant les lignes de Blaschko. Le plus souvent, la lésion est une bande unique monomélique, mais le lichen striatus peut toucher tout le tégument. La biopsie cutanée n’est utile qu’en cas de doute diagnostique. L’aspect histologique des lésions initiales peut être évocateur, avec un infiltrat dermique lympho-histiocytaire pouvant comporter un contingent plasmocytaire, et prédominant autour des vaisseaux et des annexes. Ensuite, l’image histologique est celle d’une dermatose spongiforme.

Cliniquement, l’atteinte peut être multiple, exceptionnellement bilatérale. Chez l’adulte, le terme de « blaschkite » a été proposé avec, dans un cas, un contexte de lupus. L’atteinte unguéale est possible et peut précéder l’atteinte cutanée de plusieurs mois ou exceptionnellement rester isolée. Dans ces cas, le diagnostic peut être suspecté devant une atteinte unguéale ressemblant à celle du lichen plan, mais survenant chez un enfant et localisée à la partie latérale ou médiane d’un seul ongle. Si une biopsie matricielle est réalisée, l’aspect histologique est celui d’un lichen plan unguéal.

L’évolution vers une hypopigmentation n’est pas rare, surtout sur une peau mate. Il existe aussi des cas d’enfants se présentant d’emblée avec une hypopigmentation linéaire acquise selon une ligne de Blaschko, sans que l’interrogatoire ne trouve la notion d’une éruption initiale. Pour certains auteurs, il pourrait s’agir d’une entité distincte.

Les diagnostics différentiels sont le lichen nitidus linéaire, rare, et surtout l’hamartome épidermique verruqueux inflammatoire, souvent prurigineux et survenant plus précocement dans l’enfance, qui peuvent poser de réels problèmes diagnostiques. La biopsie cutanée n’est pas toujours formelle.

INFORMATION AUX PATIENTS

Il faut essentiellement rassurer les parents : c’est une dermatose d’origine inconnue, mais sans risque de généralisation, ni de contagion et sans aucune association à d’autres pathologies. L’éruption disparaîtra en moyenne en 9 mois. Il faut bien sûr prévenir du risque de dépigmentation transitoire et localisée. Les formes multiples de l’adulte ont une évolution spontanée plus courte (4 semaines) mais plusieurs poussées sont possibles. En cas d’atteinte unguéale, la guérison spontanée sans séquelle est également toujours la règle, en moyenne 9 mois après le diagnostic, mais avec une durée d’évolution totale de 22 mois. Les formes d’emblée à type de macules hypopigmentées pourraient avoir une évolution plus longue (3 ans en moyenne) mais évoluent également vers une régression spontanée complète.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

Fondation René Touraine