Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Granulome facial de Lever

24 février 2005, par CAMBAZARD F.

Le granulome facial de Lever est une dermatose bénigne et rare, caractérisée par un aspect histologique particulier (granulome éosinophilique) et dont le traitement n'est pas codifié. Cette affection, limitée à la peau, est le plus souvent située sur la moitié supérieure du visage, atteint préférentiellement l'adulte d'âge moyen, de sexe masculin et de race blanche. Il s'agit d'un(e) ou de plusieurs papules, nodules ou plaques, mesurant de quelques millimètres à plusieurs centimètres, bien limités, de couleur rouge-brun ou violacée, de consistance ferme, de surface lisse avec accentuation des follicules pileux en peau d'orange et souvent quelques télangiectasies. Habituellement asymptomatiques, ces lésions s'accompagnent parfois d'un léger prurit, de sensations de picotements ou de brûlures, ou d'une certaine sensibilité à la palpation, aux UV ou à la chaleur.

Le diagnostic repose sur l'histologie qui permet d'éliminer une sarcoïdose, un lupus érythémateux discoïde, un infiltrat lymphocytaire de Jessner et Kanof, LM, un erythema elevatum diutinum, une réaction à une piqûre d'insecte, un pseudo-lymphome, un lymphome, un granulome infectieux (tuberculose, lèpre, dermatophytie), un carcinome basocellulaire ou un érythème pigmenté fixe. Il existe dans la littérature plusieurs publications de dermatophyties diagnostiquées à tort initialement comme un granulome facial.

L'histologie montre un infiltrat dense du derme superficiel et moyen, autour de vaisseaux en nombre accru et dilatés sous un épiderme normal. L'infiltrat, constitué principalement de polynucléaires éosinophiles et neutrophiles associés à des cellules lympho-histiocytaires, n'atteint pas l'épiderme (Grenz zone de faible épaisseur) et respecte les annexes. Un certain degré de vasculite leucocytoclasique y est associé. Les marquages lymphocytaires montrent une prédominance de lymphocytes T auxiliaires. L'immunofluorescence directe peut mettre en évidence des dépôts non spécifiques d'IgG, de C3 et de fibrine le long des basales de la jonction dermo-épidermique ou des vaisseaux. L'immunofluorescence indirecte est négative. L'étude en microscopie électronique montre que l'infiltrat histiocytaire n'est pas langerhansien et que les éosinophiles sont souvent altérés. Une éosinophilie sanguine modérée est parfois retrouvée.

L'évolution en est chronique, lentement progressive, avec parfois de rares régressions spontanées. Le caractère chronique de cette dermatose, sa résistance aux différents traitements proposés et sa situation sur le visage s'accompagnent parfois d'un certain retentissement psychologique. L'absence de toute connaissance physiopathogénique ne permet aucun conseil préventif ou pouvant favoriser la guérison, même si la topographie la plus fréquente fait évoquer un facteur actinique, d'autant que des lésions ont pu se développer après une radiothérapie. Le caractère très rare de cette dermatose n'a pas permis d'individualiser des traitements ayant une activité démontrée, et il n'y a bien sûr aucun médicament ayant une AMM pour cette pathologie.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Fondation René Touraine