MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie

Fox-Fordyce (maladie de)

24 novembre 2011, par MEUNIER L.

Les glandes sudorales apocrines sont présentes dans les aisselles, les aréoles mammaires, le pubis et les organes génitaux externes. Leur canal excréteur s’abouche dans l’entonnoir folliculaire, au-dessus du canal excréteur de la glande sébacée. L’obturation de la portion intra-épidermique du canal apocrine aboutit à une rétention du produit de sécrétion et, parfois, à une discrète réaction inflammatoire locale ; elle est responsable de l’éruption papuleuse décrite en 1902 par G.H. Fox et J.A. Fordyce. La pathogénie de cette miliaire sudorale apocrine reste obscure et les mécanismes conduisant à l’obturation folliculaire sont encore inconnus.

La maladie de Fox-Fordyce se manifeste par un semis de petites papules folliculaires très prurigineuses, légèrement translucides ou ayant la couleur de la peau normale, et siégeant sélectivement dans les zones cutanées contenant des glandes sudorales apocrines. La peau en regard est souvent modifiée par le prurit et le caractère chronique de l’affection ; elle peut ainsi devenir pigmentée et lichénifiée. Cette maladie surtout la femme jeune (90 p. 100 des cas) et l’évolution se fait par poussées, parfois rythmées par le stress ou les cycles menstruels, suggérant l’intervention de facteurs endocriniens dans le déterminisme de l’affection. Le diagnostic différentiel se pose avec le lichen plan et surtout avec l’acanthosis nigricans.

1 - TRAITEMENT MÉDICAL

Les traitements de cette affection bénigne sont peu efficaces et doivent surtout tenir compte de la gêne fonctionnelle.

Les dermocorticoïdes de classe II peuvent être prescrits en courtes cures pour atténuer les prurit. Les applications dans les creux axillaires doivent être prudentes en raison du risque de surinfection provoquée par la macération et le grattage intempestif. Ils peuvent être transitivement associés à des applications de vitamine A acide

La clindamycine en topique dans une solution alcoolique de propylène glycol a été utilisée avec succès dans quelques observations, cet effet pouvant uniquement relever de l’action kératolytique du propylène glycol.

Les exceptionnelles formes étendues chez l’homme peuvent justifier une tentative de traitement par rétinoïdes per os.

Les œstroprogestatifs peuvent améliorer la symptomatologie. Le mécanisme d’action de cette thérapeutique n’est pas connu et repose sur des arguments cliniques : amélioration pendant la grossesse, exacerbation menstruelle, début post-pubertaire et disparition à la ménopause.

2 - TRAITEMENT CHIRURGICAL

L’indication est exceptionellement portée après l’échec des traitements médicaux ; elle consiste en l’ablation du tissu graisseux sous-cutané (avec ou sans décollement cutané préalable), emportant les glandes sudorales apocrines siégeant en majorité dans le derme profond et l’hypoderme. Au niveau des seins, le décollement des aréoles avec exérèse des glandes apocrines sous-jacentes et respect des mamelons donnerait de bons résultats esthétiques.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

  Professionnels de santé