Vous utilisez régulièrement le site "Thérapeutique Dermatologique" et vous en êtes satisfait?

Alors, aidez-nous à le faire vivre :

   Faites un don ici !



MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie
 Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Eczématides, dartres

25 octobre 2012, par BODAK N.

Les eczématides, également dénommées dartres réalisent de petites plaques rosées et rugueuses, évoluant toujours vers une hypopigmentation secondaire. Leur nom exact est d’ailleurs celui d’eczématides achromiantes. Elles s’observent davantage chez les enfants qui ont la peau sèche ou de l’eczéma. Elles se voient surtout l’été car l’hypopigmentation est plus évidente avec le bronzage estival.

Elles affectent le plus souvent les enfants entre 3 et 16 ans ; mais se voient aussi, plus rarement, chez l’adulte. La lésion est ronde ou ovale, mesure 0,5 – 2 cm. Des eczématides de plus grande taille s’observent sur le tronc. Chaque lésion évolue en deux phases et on a souvent une coexistence d’éléments d’âge différent. La lésion initiale est toujours un peu sèche ou rugueuse, plus rarement crouteuse. La rougeur associée est souvent discrète, plutôt rosée voire à peine visible. L’eczématide prend volontiers un caractère annulaire, avec une bordure plus marquée que le centre. Les démangeaisons sont très modérées ou absentes. Cette phase initiale laisse place à une hypopigmentation secondaire. On a alors une tache dépigmentée, tout à fait lisse pendant plusieurs mois jusqu’à la repigmentation spontanée. La phase hypopigmentée est beaucoup plus longue que la phase inflammatoire. A ce stade, les eczématides sont visibles en été ou sur peau foncée. Elles sont un motif très fréquent de consultation au mois de septembre. Elles ont souvent été prises à tort pour des mycoses, et parfois traitées comme telles.

Les eczématides sont volontiers multiples. Chez l’enfant elles prédominent sur le visage, essentiellement sur les joues. Chez les adolescents et les adultes, on les retrouve plutôt sur les racines des bras, des cuisses, les épaules, le tronc.

La durée d’évolution est très variable. Chez l’enfant, elles récidivent jusqu’à la puberté. Il faut donc s’attendre à retrouver ces taches blanches des joues plusieurs étés de suite.

Il faut bien comprendre que la tache blanche et lisse, motif d’inquiétude et de consultation n’est pas modifiable par un traitement. Elle se repigmentera spontanément, à son rythme, en quelques mois. Pour les dartres estivales sur peau mate, il faut en général attendre jusqu’à Noël avant de retrouver une couleur homogène. La seule phase accessible au traitement est la phase initiale inflammatoire mais celle-ci est discrète, brève et passe volontiers inaperçue.

Le traitement repose en premier lieu sur une crème hydratante qui aura un effet bénéfique sur la plaque rose et sèche et surtout, limitera les récidives. Si la lésion initiale est plus marquée, on peut utiliser soit les crèmes à base de cuivre et de zinc accessibles en vente libre en pharmacie, soit devant une lésion franchement rouge, un dermocorticoïde. Plus la phase inflammatoire sera brève, plus la tache blanche sera discrète. 

<doc2933|center>

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

Fondation René Touraine