Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Botriomycome

8 février 2005, par LACOUR J.-Ph.

Le botriomycome, ou granulome pyogénique, est une tumeur vasculaire inflammatoire bénigne de la peau ou des muqueuses, souvent secondaire à un traumatisme minime.

Il se présente comme un petit nodule érythémateux luisant, indolore, qui grossit progressivement en une à trois semaines pour atteindre 0,5 à 2 cm de diamètre. Il peut être sessile ou pédiculé ; un collet plus étroit est souvent observé à sa base. Il est parfois épidermisé, parfois érodé et alors saignotant, croûteux et noirâtre. Il s’agit habituellement d’une lésion unique, préférentiellement localisée sur la face, les joues, les lèvres ou les doigts. Il peut siéger sur les gencives. Il apparaît parfois sur une malformation vasculaire préexistante, un angiome plan en particulier. Il peut survenir à tout âge mais plus fréquemment chez les enfants de moins de 5 ans. Chez l’adulte, il fait souvent suite à un traumatisme, parfois chirurgical ; il peut survenir au cours de la grossesse, en particulier sur les gencives ; il est favorisé par certains traitements systémiques : isotrétinoïne, inhibiteurs de protéases.

Histologiquement, il existe une prolifération de capillaires dans un stroma plus ou moins œdémateux infiltré de cellules inflammatoires, en particulier de polynucléaires neutrophiles.

INFORMATIONS

Il s’agit d’une tumeur parfaitement bénigne, angiomateuse, mais totalement différente des hémangiomes. Sans traitement, elle n’a pas de tendance à la régression spontanée rapide et peut occasionner de petits saignements répétés gênants.

La cause exacte est inconnue. Une origine infectieuse a été évoquée mais jamais prouvée. Des facteurs angiogènes sont certainement à l’origine de sa formation ; mais la cause de l’activation de leur sécrétion est inconnue.

Le diagnostic est clinique et la biopsie est rarement nécessaire, sauf chez l’adulte ou il faut se méfier d’un mélanome achromique.

Après traitement, le risque de récidive n’est pas négligeable. Beaucoup plus rarement, des lésions multiples satellites peuvent apparaître autour du site de la lésion initiale traitée.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Fondation René Touraine