Vous utilisez régulièrement le site "Thérapeutique Dermatologique" et vous en êtes satisfait?

Alors, aidez-nous à le faire vivre :

   Faites un don ici !



MENU
Thérapeutique Dermatologique
Un manuel de référence en dermatologie
 Vous visitez un site de la Fondation René Touraine.    Faire un don Français English

  Professionnels de santé

Accueil > Français > Livre > Maladies >

Ankylostomose cutanée

26 août 2016, par CAUMES É.

L’ankylostomose humaine est due à deux genres de nématodes, Ancylostoma duodenale et Necator americanus. Cette helminthose intestinale est endémique dans tous les pays intertropicaux et parfois présente dans les microclimats des pays tempérés (galeries de mines, chantiers souterrains).

L’ankylostomose humaine se déroule en trois phases (pénétration, invasion, état), les signes cutanés n’étant présents qu’à la phase de pénétration et d’invasion [1, 2]. La pénétration cutanée des larves peut provoquer des lésions érythémateuses, papuleuses ou vésiculeuses, prurigineuses, au site de pénétration, le plus souvent au niveau des pieds (espace interdigito-plantaire, orteils, plante). La durée de migration sous cutanée n’excède pas deux semaines. Cette phase était autrefois appelée en France « gourme des mineurs ». La phase d’invasion (ou de migration) est marquée par la triade classique fièvre, dyspnée asthmatiforme (catarrhe des gourmes, poumon éosinophile fugace, syndrome de Löffler), urticaire aiguë, caractéristique quand elle est associée à une hyperéosinophilie sanguine. À la phase d’état, l’ankylostomose humaine peut se manifester par des troubles digestifs, une anémie chronique (pâleur, anomalies des phanères) et une hypo-albuminémie (dépigmentation) mais elle est le plus souvent asymptomatique.

Le diagnostic de certitude repose, à la phase d’état, sur la présence d’œufscaractéristiques à l’examen parasitologique des selles, six semaines après l’atteinte cutanée contemporaine de la phases de pénétration. À la phase d’invasion, le diagnostic peut être orienté par la présence d’une hyperéosinophilie sanguine, de cristaux de Charcot et Leyden dans les selles, et la positivité (inconstante et non spécifique) de la sérologie d’ascaridiase larvaire (toxocarose) qui peut être faussement positive du fait d’une réaction croisée.

× N.B. : Ce contenu est limité et destiné au grand public. Si vous êtes professionnel de santé, cliquez ici pour vous inscrire gratuitement, et accédez à un contenu dédié et plus approfondi.
Si vous êtes déjà inscrit, connectez-vous !

Suivez-nous

Newsletter

Fondation René Touraine